Dernière Nouvelle
Wilder Penfield

Historique
Wilder Penfield



Internat provisoire à l'infirmerie spéciale près de la préfecture de police dans le service du docteur De Clérambault durant l'été 1929.

Assistant-bénévole dans le service du docteur André Thomas à l'Hôpital St-Joseph durant 1928, 1929 et 1930 (troisième de la première rangée)

Wilder Penfield et les neuropsychiatres Montréalais
De 1928 à 1946

Au début du siècle, plusieurs médecins québécois ont étudié en France à leurs frais ou grâce à des bourses du gouvernement à partir de 1920. L’Institut Franco-Canadien fondé vers 1926 observe aussi le nouvel attrait de centres américains. Émile Legrand, Jean Saucier et Roma Amyot, neuropsychiatres de retour de France se sont joints au personnel de l’Institut neurologique de Montréal fondé par Penfield en 1934. Il leur apportait la forte technologie américaine. Antonio Barbeau étudia en France et aux États-Unis. Il fait état, en 1944, des avantages et des inconvénients de l’influence anglo-saxonne et américaine sur l’avenir de la médecine canadienne-française d’inspiration française. À ce propos, Penfield écrit à Roma Amyot le 26 décembre 1946 : «…I have always had the feeling that the English and the American cultures have a great need of something that the French on this continent can give them. The problem is always to retain enough independence to allow complete and proper evolution and yet to have an exchange of thoughts and ideas and friendship which will be mutually beneficial». La naissance de la communauté européenne et le nouveau Montréal multiculturel pourraient réactiver le magnétisme qu’a exercé l’Europe via la France sur les médecins montréalais.



  • En 1884, lorsque William Osler accepte la chaire de clinique médicale à l’Université de Pennsylvanie, il avait 35 ans et venait d’enseigner 10 ans à l’Université McGill de Montréal.

  • En 1897, la 67e réunion annuelle du British Medical Association s’est tenue à Montréal. C’était la première fois que cette réunion avait lieu hors du Royaume-Uni. Osler y affirme que de 1820 à 1860, les étudiants américains n’allaient plus à Édimbourg et à Londres mais à Paris… Qu’au Canada l’influence parisienne passait par Édimbourg véhiculée par des interprètes anglo-saxons.

  • En 1904, A.A Foucher, à l’Association des médecins de langue française du Canada, réalise que «Depuis 30 ans, la France a renoué contact avec nous» Neurology in Paris, Albany Medical Annals, p.1-7, 1904… «There is perhaps no branch of medicine which has undergone more transformation and made greater progress in Paris, within the last few years, than nervous pathology…» affirmait le docteur La Salle Archambault concernant les recherches scientifiques des laboratoires «of Drs Brissaud, Marie, Déjerine, Babinski and others…» «…is easy to appreciate that clinic and pathology go hand in hand most harmoniously, and that the outcome is a steadily and rapidly increasing progress in neurology».

  • Dans un discours sur «L’avenir de la médecine», prononcé à l’Association des médecins de langue française à Québec, en juillet 1908, le docteur Albert Laurendeau dit que «Ce qui fait que dans Québec et à Montréal surtout, les sociétés médicales prospèrent, c’est que dans ces villes, la nouvelle génération compte un bon nombre d’unités qui sont allées à l’étranger et y ont réformé leur mentalité… de Paris, de Berlin, de Londres, etc… rapportant l’enthousiasme de la science»

  • Au Québec, le docteur Albert Jutras affirme, dans le journal de l’Hôtel-Dieu de Montréal, qu’attiré par les illustres maîtres de France, un premier groupe de nos jeunes médecins se transporte à Paris entre 1890 et 1900… Après l’armistice de 1919, le gouvernement du Québec octroie des bourses d’étude pour L’Europe ou on y va à ses frais. Il estime qu’environ 400 ont habité la France entre les deux guerres pour s’y perfectionner (Jutras, 1934).

  • Le journal Le Figaro en 1920 publie la résolution des provinces du Dominion du Canada de fonder à Paris une maison pour les étudiants canadiens. La province de Québec assurait trois bourses annuelles aux étudiants qui se rendaient à Paris.

  • Avec l’aide financière de la France et de la province de Québec, l’Institut scientifique franco-canadien, une œuvre de propagande française en Amérique, avait été fondé en 1928 par monsieur L.J. Dalbis de Montpellier (professeur de biologie à St-Stanislas de Paris et à l’Université de Montréal).

  • De 1928 à 1940, environ 25 médecins de France donnent des cours à Montréal et à Québec (Pierre Masson, Bulletin des études françaises)

  • Jean Saucier, docteur en médecine de l’Université de Montréal en 1922 et de l’Université de Paris en 1927, avait été résident en neuropsychiatrie à l’Hôpital psychiatrique d’état à Worcester, U.S.A.. Il séjourna trois années à Paris. Ses maîtres : Souques, Guillain et Alajouanine à La Salpêtrière, Babinski à La Pitié, Thomas à St-Joseph. Il fréquenta aussi le Laboratoire Déjerine à l’École pratique de médecine.

  • Roma Amyot, docteur en médecine de l’Université de Montréal en 1924 et de l’Université de Paris en 1930, fit des études complémentaires en neurologie et psychiatrie à Paris. À son retour, il déclare, lors d’une entrevue à «La Presse» le 18 juillet 1930, que «…la médecine française actuellement serait certainement la première dans le monde si le côté laboratoire des études médicales était aussi avancé que le côté clinique…». Il faisait aussi allusion à la montée technologique aux États-Unis et en Allemagne.

  • Après son doctorat, Antonio Barbeau, docteur en médecine de l’Université de Montréal en 1924, avait étudié en Europe et aux U.S.A. sous la direction de maîtres célèbres : Eudon, Euzière, Derrien de l’Université de Montpellier, …Forbes et Cobb de l’Université Harvard.

  • Le docteur Edward Archibald, chef de chirurgie générale à l’Université McGill, avait invité le docteur Wilder Penfield à se joindre au personnel de l’Hôpital Royal-Victoria en 1928. L’Institut neurologique de Montréal de l’Université McGill fut fondé par Wilder Penfield dès 1934.

  • Avant que le traitement neurochirurgical se développe à l’Hôpital Notre-Dame de l’Université de Montréal, les neuropsychiatres canadiens-français envoyaient le matériel chirurgical à Wilder Penfield à l’Institut neurologique de Montréal de l’Université McGill.

  • Wilder Penfield et Willam Cone assistaient aux réunions scientifiques en rotation dans les hôpitaux canadiens-français, celles de la Société de médecine de Montréal et éventuellement celles de la Société neurologique de Montréal, fondée par Wilder Penfield. Herbert Jasper y participa après son arrivée à Montréal en 1939, l’année où il inaugura l’EEG à Montréal.

  • Dans un article faisant allusion aux trois cultures (anglo-saxonne, française et américaine) qui se rencontrent à Montréal : «La croisé des chemins» au journal de l’Hôtel-Dieu de Montréal en 1944, Antonio Barbeau désirait que la médecine canadienne-française demeure attachée au génie français… «sans fermer ses fenêtres à l’extérieur en affichant un nationalisme outré». En 1947, Antonio Barbeau confirmait au journaliste Jean-Marie Morin (Revue Notre Temps, hebdomadaire social et culturel) que du point de vue médical et scientifique, nous avions bénéficié de nos contacts états-uniens et anglophones depuis 25 ans. «…nous avons pu faire à nos aînés le reproche d’avoir été trop exclusivement français… Il est maintenant à craindre que nos jeunes ne le soient pas assez…».

      Pour en connaître davantage sur l'histoire de la neurologie au Québec